Think Tank Populaire

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

8 janvier, 2009

La question turque

Classé sous Politique — yrepnomis @ 14:26

       La question de l’entrée de la Turquie dans l’Europe est complexe, cela soulève plusieurs problème. On est libre d’être pour ou contre. Mais j’aimerais corriger quelques erreurs qui sont faites à ce sujet. Certaines personnes ont affirmé que la Turquie était un pays laïque comme la France. C’était vrai jusqu’à il y a un certain temps. Autrefois, la Turquie fut dirigée par Mustapha Kémal dit « Attaturk » (je ne suis pas sûr de l’orthographe). Cet homme a instauré en Turquie un régime laïque calqué sur le modèle français. Mais au début des années 2000, un parti islamiste a gagné les élections et depuis des lois intégristes ont été promulguées. Par exemple, de plus en plus de lieux publics ne sont plus mixtes et de nombreuses atteintes aux droits de l’homme ont été commises (surtout pendant les manifestations). C’est pourquoi l’entrée dans l’Union européenne d’un tel État pose problème.

       Par ailleurs, les partisans de l’adhésion de la Turquie se trompent sur certains points. Jean-Pierre Raffarin a dit : »l’humanisme n’a pas de frontière ». C’est vrai mais l’Europe ne signifie pas forcément l’humanisme, et la démocratie peut s’installer sans l’aide de l’Europe. En fait, c’est une vision assez colonialiste. Il faudrait nécessairement être supervisé par les bons européens pour être un régime humaniste. Ce qui est faux de toute évidence. Le Japon et les États-Unis sont démocratiques depuis longtemps alors qu’ils ne font pas partie de l’Europe. En outre la volonté affichée des dirigeants turcs d’entrer dans l’Union est vue comme une bonne chose mais c’est un piège. La Turquie est une dictature, c’est un fait. On pourrait donc s’attendre à ce que des opposants disent : »à cause de notre politique on n’entrera pas dans l’Europe ». Mais le gouvernement actuel, composé d’islamistes censés haïr l’Occident, veut que la Turquie adhère pour pouvoir dire : »Malgré tout ce qu’on a fait, on a quand même pu entrer dans l’Europe ». C’est donc un piège pour masquer le visage fasciste de la Turquie. Le problème repose sur le fait que les dirigeants européens, pour apprécier les possibilités d’adhésion de la Turquie, se bornent à regarder les critères économiques comme le PIB. Il vaudrait mieux en rester au critère géographique. Ce qui n’empêcherait pas un État européen de tisser des liens avec la Turquie s’il le souhaite.

TSTL : Technicien Supérieur... |
Le Blog de la Cabrery / Lon... |
La Réserve opérationnelle d... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | les Couêts Bouguenais
| Coaching paroles et textes
| Les jeunes et la publicité ...